musee

Inauguré le 12 janvier 2005, L’Espace Ferrié-Musée des Transmissions est l'un des plus récent  musées de l’armée de Terre.

Auparavant, l’arme des Transmissions ne disposait pas de musée au même titre que les autres armes. Il y avait seulement des lieux de mémoire tels que le musée de la colombophilie militaire du 8e régiment de transmissions au Mont-Valérien, la salle d’honneur de l’école d’application des Transmissions de Montargis (EAT) et les collections de la direction centrale des télécommunications et de l’informatique (DCTEI), qui permettaient de cultiver le devoir de mémoire et de nourrir les traditions. Les Transmissions sont une arme « jeune » , qui fête ses 70 ans cette année, même si la préoccupation de la maîtrise de l’information dans les armées est millénaire.

L’Espace Ferrié est bien sûr l’héritier de ces lieux. Mais dès sa conception, l’objectif était de créer outre un lieu de mémoire, un outil pédagogique dédié à l’histoire des sciences et techniques ouvert tout autant au monde civil qu’aux unités militaires.

C’est d’ailleurs pour illustrer cet échange permanent entre les mondes civil et militaire dans le domaine de la communication que le musée a été baptisé Espace Ferrié.

Le général Gustave Ferrié (1868-1932), a reçu une formation d’ingénieur à l’école Polytechnique. Très au courant de la technologie de pointe de l’époque, il les a adaptées et appliquées au domaine militaire. Il a été l’organisateur des transmissions, contribuant ainsi à la victoire de 1918. Scientifique de renommée internationale, ses recherches lui ont permis de réaliser des applications qui ont révolutionné le domaine de la télécommunication. En 1949, un comité s’est d’ailleurs constitué pour instituer le prix général Ferrié, qui récompense chaque année un scientifique dans le domaine de l’électronique.

Le musée des Transmissions a vu le jour grâce à la synergie entre la Région Bretagne, le Département d’Ille-et-Vilaine, Rennes Métropole et le Ministère de la Défense.